Gorgés de dérision et de justesse, les dessins d’Adrià Fruitós habillent la presse

Jusqu’au 23 septembre, la Slow Gallery (Paris 11ème) adopte une posture engagée à travers son exposition EN PRESSE. Celle-ci dévoile le travail d’Adrià Fruitós, jeune dessinateur de presse prisé par les plus célèbres journaux et magazines internationaux. Découverte d’une cinquantaine de ses illustrations qui font souffler un vent subversif fortement apprécié en ce début de rentrée.

Aller droit au but

Littérature, politique ou écologie, les dessins d’Adrià ne laissent aucun thème de côté. Et c’est aussi bien la presse nationale qu’internationale qui le réclame, de l’hebdomadaire allemand Die Zeit aux Inrocks en passant par Le Monde. Il faut dire que l’artiste sait mettre en image l’actualité avec dérision et efficacité. Cet humour noir attire puisqu’il pointe du doigt, sans faux-semblant, les dérèglements mondiaux.

© Céline Quintin / Maze

Un jeu avec les symboles

En touchant l’imaginaire collectif de façon ingénieuse, l’illustrateur offre au spectateur une lecture immédiate de ses revendications. D’un rapide coup d’oeil s’échappent alors des messages forts, pertinents mais surtout riches de sens. Donald Trump dévorant une boule de glace en forme de mappemonde, un nuage de fumée noire s’échappant de la torche de la statue de la Liberté ou un drapeau américain prenant l’apparence d’un Tétris décomposé, les idées exprimées sont entièrement explicites. Par l’emploi de symboles, il dénonce sans filtre les failles de notre époque. Ce langage imagé à sens unique est fortement convoité par le monde de la presse, friand de visuels performants pour accompagner leurs lignes.

©Adrià Fruitós pour le Die Zeit en juin dernier

© Céline Quintin / Maze

Des récits visuels remplis de douceur

Le plus remarquable reste le caractère poétique de cette visite face à la gravité des thématiques. Pouvoir du numérique, réchauffement climatique ou conflits géopolitiques, par quels moyens Adrià apporte t-il une pointe de douceur ?  Grâce aux couleurs lumineuses et aux petits formats qui créent une intimité avec son observateur. Entre candeur et véhémence, le  public prend conscience du panorama vivement sarcastique de l’exposition.

Un esthétisme incontestablement maitrisé

Talentueux sur le fond mais également sur la forme, Adrià manie avec brio l’espace de ses compositions. Les couleurs contrastées et la disposition des symboles s’épousent pour mettre à nu ses revendications. D’un coup de crayon, une pointe de magie opère laissant prendre vie la métaphore. Une pertinence graphique à applaudir pour ce jeune dessinateur de presse. Plus d’hésitation : dêpéchez-vous d’aller admirer l’exposition avant qu’elle ne s’achève le 23 septembre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s